Tristan et Iseult – Anonyme

Couverture Tristan et Iseut / Tristan et Iseult

Note : 3/5

Thème : Amour caché entre Tristan, un noble, et Iseult, la femme de son roi.

.

 Présentation :

Pour reconstituer l’histoire des deux amants les plus célèbres de la littérature, il a fallu plonger aux origines de la légende, qui serait apparue autour du VIIe siècle, et rassembler les fragments de poèmes du XIIe. Ainsi nous est parvenue,  l’incomparable ” estoire ” de Tristan et Iseut, victimes d’un philtre magique et unis par une passion fatale. Amour, destruction et mort, le mystérieux breuvage scelle un destin tragique. Car Iseut la Blonde est mariée au roi de Cornouailles, le généreux Marc, et Tristan, pour tenter d’échapper au destin, épouse Iseut aux blanches mains. Et la légende est magnifique. Car la geste de Tristan, émouvante et terriblement humaine, n’est rien d’autre que la première version de l’éternel roman de la passion illégitime et impossible…

.

Mon avis :

Je n’irai pas par quatre chemins, je dois dire que je suis ressortie de cette lecture assez partagée. J’en attendais beaucoup, et comme le dit la 4ème de couverture, je m’attendais à une histoire d’amour envoûtante vue la célébrité de la légende…

Les rebondissements et les « aventures »  des deux amants sont intéressants sont vraiment divers et variés par contre j’ai vraiment eu du mal à accepter leurs « manigances » pour pourvoir continuer de s’aimer en secret. Et oui Iseult est mariée au roi qui est honnêtement un homme bon, gentil et amoureux d’elle.

Les deux amants ont toutes les qualités des héros de cette époque : droiture, force et générosité pour Tristan et beauté et… beauté pour Iseult. A côté de ça je les ai trouvé vraiment machiavéliques pour cacher leur amour, notamment Iseult qui n’hésite pas faire assassiner un pauvre forestier car il l’a surprise avec Tristan ou à demander à sa suivante de coucher avec son mari à sa place lors de sa nuit de noces, par exemple ! Non, mais c’est quoi ce comportement, sérieux ? Ce n’est pas parce qu’on est noble et folle amoureuse d’un grand et beau guerrier que cela justifie tous les agissements !

Bref, vous l’avez compris, je ne cautionne pas toutes les décisions prises par les 2 amoureux, même s’il est bien expliqué que leur amour est le fruit d’une potion qui les rend prêt à tout. On peut aussi y voir une allégorie de l’amour aveugle et profond qui nous conduit à faire tout pour l’être aimé, même si l’amour entre les deux est impossible. Cependant le fait de les présenter toujours comme les « grands gentils saints et innocents » m’a sacrément gonflé : ils n’hésitent pas à tuer des gens qui ont simplement dit en toute honnêteté la vérité sur leur compte, à mentir effrontément ou même à mettre au point des stratagème franchement pas très « convenables » pour faire taire les rumeurs (fondées !). Ces opposants sont présentés comme des personnes vils et mauvaises, c’est ça qui me tue le plus : ces personnages ne font que dire la stricte vérité !

A côté de ça, comme je l’ai dit, en lisant ce conte, nous avons l’impression qu’il y a de nombreuses scénettes et mini intrigues. Les aventures, surtout menées par Tristan sont des petits bijoux de « contes chevaleresques » de cette époque.  Les quêtes qu’il mène sont nombreuses et toujours différentes, avec une ambiance propre. J’ai beaucoup apprécié cette diversité, allant du combat avec un dragon à du camping en forêt ou encore la rencontre avec géant (pour ne citer que celles-là mais il y en a bien 10 autres !). La première partie, c’est-à-dire avant qu’ils ne boivent le « vin herbé », c’est-à-dire le philtre d’amour est certainement ma préférée. Et même, si je n’approuve pas forcément le comportement des tourtereaux, j’ai aussi bien aimé le coup de Tristan déguisé en lépreux qui doit traverser la mare de boue (je ne vous en dis pas plus…). La combine était ingénieuse et osée et rien que pour ça, il faut reconnaître que ça vaut le détour 🙂

 .

La conclusion de la guenon :

Au final j’ai plus apprécié l’esprit d’aventure du roman que l’aspect romantique. J’ai trouvé les deux tourtereaux prêts à tout pour garder leur amour secret, même si cela signifiait agir de manière peu convenable, en tout cas pour des personnages présentés comme des « héros parfaits ». Une bonne surprise niveau quêtes moyenâgeuses de légende, et plutôt une déception au niveau de l’amourette.

.

Lu pour :

https://i2.wp.com/imageshack.us/a/img96/1695/classiquebadge.png  abc2013

Advertisements

6 thoughts on “Tristan et Iseult – Anonyme

  1. Je l’ai justement remonté de mes cartons qui sont à la cave il y a quelques semaines… Du coup, je suis un peu moins pressée de le lire ! On verra bien, mais je n’aime pas trop l’idées des manigances… En tout cas, bravo +3 challenge d’un coup, il faut que j’en prenne de la graine ! 😉

    • Oh, il ne faut pas ! Comme j’ai dit, au niveau “quête” et histoire, il est très intéressant. Après on approuve moralement ce que font Tristan et Iseult ou pas. Moi c’était plutôt “ou pas” mais sinon la légende est belle et bien construite et je ne regrette pas d’avoir découvert ce classique. Encore une fois, comme Jane Eyre, je semble être un peu la brebis galeuse car cette légende a beaucoup d’avis positifs. Néanmoins, cela est peut être du à ma version : je crois qu’il existe plusieurs versions “retranscrites” en français moderne de cette légende et si je me souviens bien, la mienne (celle de René Louis) n’est pas forcément celle de toutes les éditions. Du coup, c’est peut être tourné de manière différente dans les autres versions (tu sais comme la Belle et la Bête ou 2 versions bien connues existent mais sont légèrement différentes l’une de l’autre : il y a celle de Mme Leprince de Beaumont et celle de Mme de Villeneuve).

      • Mais je l’ai déjà lu il y a 2/3 ans justement mais je ne me rappelle de rien du tout lol sauf que j’étais ressorti un peu mitigée voire déçue de cette lecture. Je vais le relire ou peut-être juste le survoler pour pouvoir écrire mon avis dessus.

  2. Il faudrait que je le relise, je l’ai lu plus jeune et mes souvenirs sont assez flous maintenant ^^ Mais j’avais aussi beaucoup aimé le côté quête chevaleresque du livre avec les épisodes plein d’action et de combine.

  3. Pingback: Challenge Irlande et Littérature Irlandaise | Lectures d'une guenon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s