Les yeux jaunes de crocodiles (Joséphine #1) – Katherine Pancol

Note : 4 /5

Thème : Un mari prend le large pris le large pour élever des crocodiles en Afrique et sa femme doit se débrouiller pour faire vivre seule sa petite famille. Une histoire que votre voisine de palier pourrait presque vivre.

.

Présentation :

Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l’histoire d’un mensonge. Mais aussi une histoire d’amours, d’amitiés, de trahisons, d’argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c’est la vie.

.

Mon avis :

Katherine Pancol par ci, Kathrine Pancol par là. Katheriiiiiiiiiiiiine ! crient les fans inconditionnels. Soyons franc : ces derniers temps on en voit que ça en librairie. Moi je vais être franche aussi : je n’avais jamais lu un de ses bouquins depuis le temps. Roh, la honte !  Qu’on se le dise, Katherine, elle peut dire merci à Joséphine, autant que JKR peut dire merci à Harry. Car grâce son héroïne, elle a connu le succès et depuis ses autres livres se vendent comme des petits pains. Mais assez de banalités, venons-en au fait : Les Yeux Jaunes de Crocodiles, c’est un titre énigmatique derrière lequel se cache une histoire « commune », celle d’une femme de 40 ans, un peu trop discrète, un peu trop replète et un peu trop gentille qui se retrouve à élever seule ses deux filles après que son mari ait mis le voile avec sa maitresse pour élever des crocodiles en Afrique. D’où le titre… finalement plus si énigmatique. Oui, je sais, vous pouvez me remercier.

Donc finalement je me suis laissée emportée par la plume simple et pourtant bien trouvée de l’auteure. Son héroïne n’a rien d’une « vraie » héroïne  qui a de la gueule et tout et tout mais c’est pour ça qu’on l’aime Joséphine. Car Joséphine, ça pourrait être n’importe qui, vous, moi, la voisine, la femme que vous rencontrez à la bibliothèque. Bref, c’est pour ça qu’on l’aime : on s’identifie à elle.

Ce petit bout de femme qu’on juge trop effacée au début, qui ne paye pas de mine et que tous les autres personnages sous estiment et prennent un peu en pitié va se révéler au fil des pages bien plus forte qu’on ne le croit, va étonner et même attirer la jalousie ! Joséphine, c’est la bonté, la gentillesse et presque l’innocence incarnée et, à côté d’elle, tous les personnages qui gravitent autour d’elle détonnent : des bourgeoises qui ne pensent qu’à l’argent, d’autres qui remplacent le véritable bonheur par le paraître ou encore des sales pestes de 15 ans qui se moquent des autres pour briller et faire soupirer les garçons. A côté de ces femmes, plus ou moins vertueuses, des hommes. Ils m’ont semblé dans l’ensemble plus sympathiques et moins magouilleurs que leurs dames mais je pense qu’on aura des surprises dans les tomes suivants…

Bref, vous l’aurez compris, la force de ce roman, ce sont les personnages, leur interactions, leur manigances. Comme quoi, on n’a pas besoin d’écrire des histoires qui se passent à NYC, avoir des héros qui sont architectes, ou peintre, qui ont un sens trop bon de répartie et du comique et qui s’appellent Ryan ou Rachel pour faire un livre que tout le monde apprécie…

 .

La conclusion de la guenon :

Madame Pancol, bravo pour ce joli roman extraordinaire sur une vie ordinaire. Pas un coup de cœur amis un très bon moment de lecture.

 .

 Lu pour : 

logofindeserie abc2013

Advertisements

3 thoughts on “Les yeux jaunes de crocodiles (Joséphine #1) – Katherine Pancol

  1. J’avais été enchantée par ce roman, la complicité entre certains personnages et leurs interactions. Les deux suivants sont sympas aussi mais assez différents on part vers du fantastique/thriller, il faut aimer. Mais le fond reste le même et onr etrouve sa plume agréable. Je continue de conseiller toute la saga. Par contre, pouah quelle horreur son roman Et monter lentement dans un immense amour ! J’ai trouvé ça plat, niais, inintéressant et même pas avec la belle plume. Je pense redonner sa chance à l’auteur avec Un homme à distance, un roman épistolaire. Fan du genre, je devrais trouver mon compte, mais sait-on jamais !

    • Je ne suis pas plus tenter que ca par ses autres livres qui sont tous réédités à la suite depuis le succès de la saga Joséphine mais je reste sceptique. J’ai peur que ce soit un coup de marketing et tu me confirmes que le résultat n’est pas toujours une bonne surprise. Ah, je ne savais pas pour al tournure que prend la suite, en effet ça a l’air de changer un peu de thème. Surtout le fantastique… bizarre car ce roman est bien tout ce qu’il y a de plus contemporain et c’est selon moi ce qui fait une partie de son intérêt amis bon à voir quand même comment ça évolue par la suite.

      • Ca ne devient pas du fantastique pur jus non plus, un ou deux petits éléments qui ne sont pas possibles, mais qui passent finalement pas trop mal, c’est plutôt le côté suspense:thriller que j’ai moins aimé, mais ils valent quand même le coup.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s