24 heures de la vie d’une femme – Stefan Zweig

Couverture Vingt-quatre heures de la vie d'une femme

Note : 2.5/5

Thème : anecdote d’une veille femme exemplaire sur le seul moment d’égarement de sa jeunesse

.

Présentation :

Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d’Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d’un des clients, s’est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n’avait passé là qu’une journée… Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l’aide inattendue d’une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez la fugitive. Ce récit d’une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l’auteur d’Amok et du Joueur d’échecs, est une de ses plus incontestables réussites.

.

Mon avis :

Je me suis lancée dans la lecture de ce petit roman d’à peine 150 pages car il était sur la liste du challenge livraddict classique. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre car Zweig est en général encensé par la critique mais en même temps je n’avais lu de lui que Le joueur d’échec, thème tout à fait différent que celui de ce livre-ci.

Au bout d’un peu plus de deux heures de lectures je refermais 24 heures de la vie d’une femme… pas forcément très emballée je dois l’avouer.

Le style est d’époque et c’est je pense ce qui ne m’a vraiment plu. En effet, beaucoup de descriptions, de justifications et de belles paroles mais j’ai ressenti comme une distance entre cet éclat de vie que nous racontait le personnage et la réalité. Au temps où le livre a été écrit je comprends qu’il ait été mis sur le devant de scène car je pense que ce genre de témoignage – car c’est pour moi comme un témoignage d’une histoire qui aurait pu être vraie – était novateur mais de nos jours, rien de plus banal j’ai envie de dire.

Peut-être chers messieurs y trouverez-vous plus d’intérêt que moi car vous y découvrirez quelques indice sur comment fonctionne un cerveau de femme. De mon côté, on ne m’a rien appris.

.

La conclusion de la guenon :

Malgré une écriture percutante, je n’ai pas réussi à être totalement emballée par ce roman. En fait je crois que je suis assez insensible à ce genre d’histoire ou plus généralement aux « histoires  romantiques » de cette période, comme par exemple Le Diable au Corps de Radiguet. Le cas contraire est donc possible : si vous avez aimé ce dernier livre, vous aimerez probablement 24 heures de la vie d’une femme.

.

Lu pour :

abc2013 babychallange 2013

.

Vous aimerez peut être aussi :

  • Le diable au corps – Raymond Radiguet
  • Le grand Meaulnes – Alain Fournier
  • Gatsby le Magnifique – F. S. Fitzgerald
  • Le dernier jour d’un condamné – Guy de Maupassant
Advertisements

4 thoughts on “24 heures de la vie d’une femme – Stefan Zweig

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s