Qui es-tu Alaska ? – John Green

Note :  4,5/5

Genre : Premier ami, première fille, dernières paroles.

.

Présentation :

Miles Halter a seize ans et n’a pas l’impression d’avoir vécu. Assoiffé d’expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C’est là aussi, qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young. Qui es-tu Alaska ? est LE roman de l’adolescence : les amitiés fortes, l’amour, la transgression, la soif de connaissance et la fondamentale quête de sens. La vie explose dans ce livre qui fait rire et fondre en larmes l’instant d’après et qu’on voudrait ne jamais finir. Le premier roman d’un jeune écrivain brillant, lauréat de nombreux prix littéraires aux Etats-Unis et traduit en dix langues.

.

Mon avis :

‘Qui es-tu Alaska ?’, un titre magnifique et original selon moi pour un roman qui ne l’est pas moins. J’ai vraiment passé un agréable moment avec Miles (alias Le Gros parce qu’il est maigre comme un clou) et ses nouveaux amis de pensionnat. J’ai pris plaisir à la voir évoluer, grandir, trouver enfin sa place dans un groupe qui l’apprécie, et découvrir les bonnes et mauvaises surprises de la vie.

Ce livre, comme beaucoup de roman YA, nous présente nous fait vivre une année dans la peau d’un jeune ado de 16 ans qui va sortir du cocon familial et partir en pension à l’autre bout du pays. En quête du grand Peut-Être, comme il le dit lui-même. Jusque-là rien de bien original mais il va vivre la meilleure année de sa vie et peut être aussi la plus difficile. Et j’ai pris plaisir à l’y accompagner.

On le suit qui se fait de nouveaux amis, lui qui n’avait jamais vraiment connu ça avant. C’est l’année de toutes les découvertes et de tous les interdits. Avec sa nouvelle bande d’amis, tous un peu marginaux, notre jeune narrateur va vivre ses premiers désirs, faire les 400 coups, transgresser les règles ou encore se poser de premières questions existentielles. C’est léger, c’est bon enfant, il s’amuse comme n’importe quel ado de son âge et on se dit qu’il a bien raison car c’est l’époque de tous les possibles.

Mais la personne qui le fascine le plus c’est Alaska. La sexy, cool, rebelle et insaisissable Alaska. Qui es-tu Alaska, c’est la grande question. Tantôt boule d’énergie et de bonne humeur, tantôt solitaire et grognon, la jeune fille, leader et ciment du groupe d’amis, est un véritable mystère.

Le livre est séparé en deux parties : Avant et Après, avec un décompte des jours jusqu’à l’événement central. Quel est-il ? Je vous laisse le découvrir. J’avais ma petite idée dès le début mais j’avais mal visé. J’ai été surprise de la révélation. Ceci dit, je ne suis pas déçue de m’être trompée car le roman a pris une tournure tout à fait inattendue dans la deuxième partie, que j’ai adorée !  C’est à ce moment-là que j’ai saisi toute la force du roman.

En plus d’Alaska et de Miles j’ai aussi beaucoup aimé Chip alias Le Colonel. Les émotions et les questionnements des personnes sont très bien rendues et on se les imagine facilement en quête du grand peut être ou de la façon de sortir de ce labyrinthe qu’est la vie…

.

La conclusion de la guenon : 

Un roman abouti tant sur la forme que sur le fond qui fait rire et pleurer, avec des personnages attachants et originaux. Une livre plein de surprises, de bonne humeur, d’humour, d’amitié, d’amour, et… de drame et de nostalgie. Une très belle lecture et une plume agréable pour un résultat touchant et poignant. Je le conseille vivement.

.

Le petit plus :

Une fois n’est pas coutume, je vous mets deux citations :

Donc ce type, ai-je dit de la porte du salon, François Rabelais, le poète, a dit sur son lit de mort : ” Je pars en quête d’un Grand Peut-Être. ” Voilà ma raison. Je ne veux pas attendre d’être mort pour partir en quête d’un Grand Peut-Être.

On passe sa vie coincé dans le labyrinthe à essayer d’en sortir, en se régalant à l’avance de cette perspective. Et rêver à l’avenir permet de continuer, sauf qu’on ne passe jamais à la réalisation. On se sert de l’avenir pour échapper au présent.

Et en sus, je vous mets la couverture de l’édition grand format, qui est magnifique et absolument bien adaptée à l’histoire. Je vous laisse lire le livre pour découvrir pourquoi… les citations devraient vous aider 😉

.

Lu pour :

.

Vous aimerez peut-être aussi : 

  • Speak – Laurie Halse Anderson
  • Pas raccord – Stephen Chbosky
  • Entre chiens et loups – Malorie Blackman
  • Le passage – Louis Sachar
  • Kiffe Kiffe Demain – Faïza Guène
Advertisements

13 thoughts on “Qui es-tu Alaska ? – John Green

  1. Pingback: Challenge Jeunesse/YA – version 2 « Lectures d'une guenon

  2. Pingback: [Challenge jeunsse / young adlut #2] Bilan 2 | Muti et ses livres

  3. Pingback: [Challenge jeunsse / young adlut #2] Bilan 3 | Muti et ses livres

  4. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult] Bilan #4 | Muti et ses livres

  5. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult] Bilan #5 | Muti et ses livres

  6. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult] Bilan #6 | Muti et ses livres

  7. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult] Bilan #7 | Muti et ses livres

  8. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult] Bilan #8 | Muti et ses livres

  9. Pingback: [Chalenge Jeunesse / Young adult] Bilan #9 | Muti et ses livres

  10. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult] Bilan #10 | Muti et ses livres

  11. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult] Bilan #11 | Muti et ses livres

  12. Pingback: [Challenge jeunesse/young adult #2] Bilan #12 | Muti et ses livres

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s