La Saga Harry Potter – J. K. Rowling

Harry Potter : Les 7 années

Note générale : 5/5

Genre : un petit binoclard bien connu prend des cours de magie dans un château en Ecosse nommé Poudlard, école de sorcellerie pour mages et sorciers

***

On ne présente plus Harry Potter. D’ailleurs c’est tellement connu que je ne me suis même jamais fatiguée à écrire aucune critique sur cette saga. Mais finalement, je me suis dit qu’il restait encore d’irréductibles lecteurs qui n’avaient pas tenté l’aventure et que je ferais peut être mieux de donner mon petit avis. Et aussi en hommage à LA série de mon adolescence.

J’ai eu la chance de grandir avec Harry Potter. J’ai lu le premier tome quand j’avais 12 ans. Cette même année je lisais les tomes 2 et 3. Puis le quatre s’est fait un peu attendre : j’avais 13-14 ans. 15-16 ans pour le 5 et ainsi de suite. Bref à quelques mois près j’ai toujours eu l’âge d’Harry. Et c’est un sacré avantage. On se reconnait en lui. C’est le bon ami. Le super copain de classe. Le gentil élève qui ne s’en sort pas si mal et, malgré sa célébrité, ça ne lui donne pas la grosse tête. Il est bon pour voler sur un balai (on l’envie !), sympa, aidant, pas super beau gosse, pas super drôle, juste le bon pote, quoi. Il est droit dans ses bottes et défend ses idées mais il n’est jamais vraiment provocateur (enfin jusqu’à la crise d’adolescence mais que voulez-vous, on est tous passés par là…). Et pourtant, il pourrait en avoir des occasions vu la pelletée de gens qui lui en veulent tout au long de ces 7 tomes !

Le Trio : Hermione Granger, Harry Potter et Ron Weasley

Et le petit sorcier à lunettes avec une cicatrice en forme d’éclair en a séduit plus d’un ! Même s’il est finalement rarement le personnage préféré, il a su captiver les foules pendant 7 longs livres que les lecteurs s’arrachaient à la sortie, après 10 heures de queue devant les librairies. Ah, quelle aventure !

Jamais aucune saga n’avait autant ensorcelé les gens. Pourtant, en y regardant bien, le style n’est pas digne de Shakespeare. Ce n’est pas du Tolkien non plus. C’est juste une bonne histoire où tout est bien dosé, sans en faire trop dans quoi que ce soit. Une série qui plait à tout le monde en somme.

L’univers est fouillé, il joue sur les légendes et mythes (les farfadets, les loups garous, les dragons, les géants, les sorciers bien sûr et bien d’autres). Tout est bien réfléchi. Dans  chaque tome, Harry et Ron et Hermione, ses amis de toujours, ont une espèce d’énigme à résoudre. Tout est bien imbriqué.  On se prend au jeu. L’intrigue est bien ficelée et on cherche à tout dénouer. Le dénouement, toujours dans les 3-4 derniers chapitres est toujours riche en rebondissements et en révélations, levant le voile sur les interrogations semées tout au cours du roman. Et toutes ces révélations nous fascinent, on en veut plus, on veut tout savoir (qui n’a jamais rêvé de passer quelques temps avec les maraudeurs par exemple ?). Sans parler des jeux de mots avec les noms des personnages ou des touches d’humour bien dosé de temps en temps. On sent que JKR s’amuse à faire plein de clins d’œil et, mine de rien, de nous donner des indices sur ses personnages.

Le Trio, donc, enquête tout en suivant des cours de sortilèges, métamorphose ou encore le très redouté cours de Potions avec un des personnages les plus mystérieux et intriguant du monde l’imaginaire : le Professeur Rogue, le Maître des Potions, comme il est si bien nommé dans un titre de chapitre du premier tome.

Personnellement, si j’ai autant aimé Harry Potter, c’est grâce à Poudlard. Ce château est magique, et c’est le cas de le dire ! Son ambiance, ses passages secrets, ses quatre maisons, ses fantômes, ses profs, tout est génial ! Si seulement il pouvait exister, si seulement je pouvais un jour fouler ce sol dallé, quelques dragées de Bertie Crochue dans ma poche, des livres de magie dans mon sac, une baguette dans une main, un balai volant dans l’autre et un chapeau pointu sur la tête. Si seulement je pouvais sortir sur la pointe des pieds la nuit, passer devant la Grosse Dame sans la réveiller, guetter que personne ne rode sur mon trajet grâce à la carte du maraudeur et partir explorer le château, tendre un piège un Rusard et finir en beauté en prenant le passage de la Sorcière Borgne pour faire une excursion à Honeydukes ou encore délaisser les murs du château pour flâner au clair de lune dans le parc, avec le reflet de la lune sur le Lac.

Allez, avouez, vous en avez tous rêvés, non ? 😉

Après cet avis général, je vous propose un petit résumé made in me suivi d’un avis sur chacun des tomes.

.

Harry Potter à l’école des sorciers (tome 1)

Le professeur Dumbledore, directeur de Poudlard. Un génie un peu fou mais un génie.

Harry est maigrichon, mal coiffé, a des lunettes rafistolées, une cicatrice en forme d’éclair sur le front et se fait brutaliser par son affreux cousin. Bref, ça commençait pas top pour lui.  Jusqu’au jour de son 11ème anniversaire où, après moult péripéties, il arrive enfin à lire la première lettre de sa vie qui lui est adressée : Harry est un sorcier. Ce qui expliquerait pourquoi les pulls rapetissaient quand il  ne voulait pas les mettre, pourquoi il s’était retrouvé sur le toit de l’école comme par magie en voulant échapper à des gamins enragés ou encore pourquoi un serpent avait fondu sur son gros cousin après que la vitre du terrarium ait mystérieusement disparue. Tout s’explique. Enfin presque : pourquoi on ne lui a pas dit avant !? Parce que tonton et tata sont des crétins, mais des peureux jaloux surtout ! Enfin bref, notre petit Harry apprend en plus qu’il est célèbre dans tout le monde de la magie parce qu’il a survécu au plus grand mage noir de tous les temps : Voldemort. Et ça à l’âge de… 1 an. C’est un petit précoce. Notre Survivant apprend aussi qu’il doit continuer ses études à l’école de sorcellerie : Poudlard. Il se retrouve donc au château de Poudlard et là, l’aventure commence ! On découvre avec enchantement les quatre maisons, la cabane du géant Hagrid le gardien des clés de Poudlard ; les cours de sortilèges, de métamorphose et bien autres. Et puis il y a le professeur Rogue qui ne peut pas le voir, et on se demande pourquoi. Le malicieux et déjanté directeur de l’école : Dumbledore. Et puis tous les autres : professeurs, élèves, fantômes, hiboux… troll ! Oups, celui-là, ce n’est pas normal. Ca sent Voldemort à plein nez, ça. Harry et ses nouveaux meilleurs amis Ron et Hermione comptent bien éclaircir tout ça.

Une première aventure très réussie qui donne le ton et le rythme. L’ambiance est géniale. On s’en délecte. On rêve d’être Harry pour pouvoir découvrir ce château comme lui.

.

Harry Potter et la chambre des secrets (tome 2)

La Potion de Polynectar d’Hermione contenait un poil de chat. Aïe.

Harry repart pour Poudlard pour la deuxième fois de sa vie. Mais cette fois, il arrive par la voie des airs, en voiture volante. Que voulez-vous, il faut bien trouver une solution, quand on loupe le train… Et ce n’est que le début des mauvaises nouvelles : bientôt on retrouve des habitants du château pétrifiés (tous d’ascendance moldue, comme par hasard…) avec un message sanglant sur le mur « La chambre des secrets a été ouverte. Ennemis de l’héritier de Serpendard, prenez garde ! ». On en apprend  alors une belle sur Poudlard, le genre d’histoire qui sent vraiment mauvais : ce n’est pas la première fois que ça arrive. La dernière fois il y avait fini par avoir un mort. Il faut résoudre ce mystère et savoir où se trouve la chambre des secrets. Etant donné qu’on l’a cherché pendant des siècles sans jamais la trouver, c’est pas gagné. Le trio commence son enquête par le bout qui lui semble le plus simple : trouver l’héritier de Serpentard.

Dans ce tome, plus sombre que le premier, on en apprend plus sur Voldemort et sa façon de procéder : en séduisant les gens puis en les mettant à sa botte de force. Une technique efficace s’il en est. Et très machiavélique surtout. De belles découvertes sur les secrets du château et de ses fondateurs. JKR revisite le mythe du Basilic, et on accroche. La magie continue d’opérer même si personnellement c’est un des tomes avec lequel j’ai le moins accroché. Peut-être est-ce dû à l’absence d’Hermione une bonne partie de l’histoire. Mine de rien, ses petites réflexions de première de classe manquent.

.

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban (tome 3)

Le Professeur Remus Lupin. Le meilleur professeur d’Harry en DCFM de sa scolarité.

Azkaban, ce n’est pas Alcatraz, mais presque. D’ailleurs j’entends comme une similarité dans les sons, pas vous ? 😉 Parce que sur l’ile d’Azkaban sont enfermé les plus dangereux sorciers. Dont un certain Sirius Black, celui qui  a « vendu » les Potter à Voldemort voilà presque 12 ans. Et ce cher monsieur s’est évadé ! C’est une première. Et ce n’est pas cool pour Harry, ça. Tout le monde pense qu’il va vouloir finir le travail. Pendant ce tome, notre petit héros en apprend plus sur ses parents et leurs années à Poudlard. Une quête d’identité pour notre héros, dont le plus grand rêve est de connaitre sa famille.

J’aime beaucoup l’ambiance et il y a de belles découvertes dans ce tome, notamment la carte du maraudeur, donc les passages secrets… qui ne sont plus si secrets que ça pour qui détient la carte, Pré-au-Lard, le village exclusivement sorcier à deux pas de Poudlard (il est magnifique sous la neige, comme le rend assez bien le film), les animagi, les hippogriffes ou encore le retourneur de temps. Bref de belles aventures dans et autour du château qui se révèle de plus en plus sous nos yeux émerveillés. Les incontournables sont toujours là  pour notre plus grand plaisir : les minauderies de Draco, les punitions de Rogue ou encore les matchs de Quidditch. Et puis il y a les petits nouveaux : le chevalier du Catogan (plus pompeux tu meurs), le professeur Trealawney (bien perchée celle-là), Remus Lupin, le nouveau professeur de défense contre les forces du mal (on se souviendra tous de son cours sur les épouventards) ou encore le fameux Sirius Black (malin, sombre, dangereux et presque séducteur : yeah baby). Bref que du bonheur dans ce tome, où Voldemort nous laisse souffler une année sans voir sa tronche 😉 Pour moi c’est le meilleur tome de la série.  Je l’ai lu une dizaine de fois je pense !

.

Harry Potter et la coupe de feu (tome 4)

Le grand final, dans le cimetière de Little Hangleton

Attention : au milieu de ce tome, vous aurez lu la moitié des aventures d’Harry Potter. Et oui, déjà… Bon alors que nous a concocté de bon JKR ? Une coupe de monde de Quidditch. Mmmmh pas mal. Qui finie avec la marque des ténèbres dans le ciel, avec une foule en panique. Aaaah, mieux ! Ça commence sur les chapeaux de roues. Voldy ne perd pas son temps pour nous rappeler que, non, il n’a pas pris sa retraite et qu’il se porte d’ailleurs de mieux en mieux : et oui, cette marque, symbole de Voldemort et de ses toutous n’était pas apparue depuis 13 ans ! Après cette petite mise en bouche, le trio reprend le chemin de Poudlard pour la quatrième fois, où cette année un événement hors du commun aura lieu : le Tournoi des Trois Sorciers. Il y aura donc des visiteurs d’autres écoles pour leur tenir compagnie : les élèves de l’école de Dumstrang, en Bulgarie et ceux de Beauxbâtons, en France. Un de chaque école sera  désigné part la Coupe de Feu pour représenter son école. Mais petit hic : 4 noms sortent, dont un est celui d’Harry, sans que celui-ci ait même déposé son nom ! Ça sent la magie noire de haut niveau. Ca plus la marque des ténèbres, plus de doute pour Harry : Voldy prépare un mauvais coup. Mais pour beaucoup d’autres c’est juste le célèbre Harry Potter qui veut défendre son titre de plus célèbre sorcier de l’école.  En tout cas, bon gré, mal gré, les règles sont claires : Harry devra participer au tournoi.

Premier tome qui dépasse les 500 pages et ce n’est pas pour ça que l’on s’ennuie ou se lasse. C’est même le contraire : on raffole de ces nouvelles aventures et péripéties. Cette année, Harry va devoir affronter pour la première fois les vrais coups de gueule avec ses amis de toujours et survivre (bon ça ce n’est pas nouveau) à trois épreuves pour sorciers bien plus qualifiés que lui. Il devra compter sur la main aidante de ses amis pour s’en sortir. On découvre aussi une autre facette du monde magique : et oui, il ne s’arrête pas à la frontière de la Grande Bretagne ! Des scènes cultes dans ce tome (Malfoy, la merveilleuse fouine bondissante !). Les épreuves du Tournoi sont diversifiées et… on se prend au jeu. Un final grandiose qui nous fait retenir notre souffle. Voldemort n’a jamais été aussi menaçant !

.

Harry Potter et l’ordre du Phénix (tome 5)

Tonks, Auror et Métamorphomage : elle a la particularité de changer d’apparence à volonté ! Trop classe !

Voldemort est de retour, pour vous jouer un mauvais tour. Afin de préserver le monde de la dévastation et de rallier tous les peuples à sa nation. Afin d’écraser l’amour et la vérité… OK OK j’arrête. Harry doit donc être encore plus protégé qu’avant et le mage noir doit être arrêté avant que ça ne soit trop tard. Une organisation secrète, sous l’égide de Dumbledore, revoit le jour presque 15 ans après sa dissolution, du temps de la première apogée de Voldemort : L’Ordre du Phénix. Son QG ? 12 Square Grimmaurd, à Londres, la Noble et Ancienne Maison des Black (Toujours Pure). Harry y retrouve tous ses grands alliés des tomes précédents : la famille Weasley, Hermione, Remus Lupin, Sirius, des Aurors (en gros les agents d’élite du FBI Magique) et… Serverus Rogue, à son plus grand dam. Les serviteurs de Voldemort reviennent : ils s’échappent d’Azkaban, le Ministère de la Magie nie le retour du Mage Noir et accuse Harry de mensonge. Il faut faire vite. A Poudlard, ce n’est pas la joie non plus : le nouveau professeur de défense contre les forces du mal est une horrible bonne femme qui adore le rose et les chatons et qui « inspecte » l’école, ou pour parler plus clairement qui est mandatée par le Ministère pour contrôler l’école. Et le pire dans tout ça c’est qu’Harry fait vraiment des rêves très étranges sur Voldemort. Il est sûr qu’il concocte encore un mauvais coup.

Mon deuxième tome préféré de la série. L’Armée de Dumbledore, la pensine, les arrivées de Tonks, Luna Lovegood ou encore Kingsley sont les bienvenues. On s’éloigne de temps en temps de Poudlard pour visiter d’autres endroits cultes du monde magique : l’hôpital sainte Mangouste, le Ministère de la Magie ou encore Poudlard au moment des Maraudeur (un passage culte pour tout fan de HP qui se respecte). On est toujours autant happé par l’intrigue et on ne lâche plus ce pavé de plus de 1000 pages. Seul petit bémol : Harry fait sa crise d’ado et on a franchement envie de le tarter parfois !

.

Harry Potter et  le prince de Sang mêlé (tome 6)

Rogue et Narcissa Malefoy scellent un Serment Inviolable pour protéger Draco.

Bon ça y est, Voldemort est de retour et cette fois, tout le monde est d’accord là-dessus. Ses serviteurs sont de nouveau de service et il y a même des petits nouveaux, dont un certain Draco Malfoy. Il y a des protections partout. Dumbledore vient chercher lui-même Harry chez lui. Poudlard est surveillé de concert par les Détraqueurs et les Aurors. Ambiance.  Et comme si ça ne suffisait pas, Rogue a ENFIN eu le poste qu’il convoitait depuis des années : celui de Défense contre les Forces du Mal. Sachant qu’il fait partie des fidèles de Voldemort, ça fait peur. On se demande ce qui est passé par la tête du directeur. Heureusement, le cours de Potions est plus chaleureux du coup : un nouveau prof, anciennement à la retraite, a repris du service : Horace Slughorn. Et c’est dans son cours qu’Harry tombe sur un vieux grimoire ayant appartenu à un certain Prince de Sang Mêlé, un petit génie des potions, mais aussi, Harry le découvrira, de la magie noire…

Je n’ai pas trop accroché avec ce tome. Enfin tout est relatif. C’est quand même un Harry Potter donc du très bon travail. Seulement, il y a quelque chose qui m’a gêné dans ce tome, je ne saurai dire quoi, car en y réfléchissant, il est très bon. Les souvenirs de Tom Jedusor, les petites amourettes, les ensorcellement à Pré-au-Lard, les fêtes au club de Slug et les excursions de nuit sont de mises et on garde un bon rythme tout du long, pour finir en apothéose dans une grotte maléfique. J’ai bien aimé en apprendre davantage sur le grand méchant de l’histoire mais aussi découvrir des personnages sous un autre jour tels que Dumbledore, Draco, Rogue ou même Tonks.

.

Harry Potter et les reliques de la mort (tome 7)

Le Médaillon de Serpentard essaye de tenter Ron

Première année d’Harry hors de Poudlard. Bouh, le sécheur ! Il faut dire qu’il a tous les sbires de Voldy aux trousses et Poudlard est tombé sous leur joug depuis la mort de Dumbledore. Ron et Hermione l’accompagne bien sûr. Ensemble, ils vont essayer de détruire tous les fragments d’âme que Voldemort a caché dans des objets, les Horcruxes. Commence une longue quête en solitaire (enfin à trois, quoi), en fugitif. Visites au Ministère de la Magie, campement dans les bois, loin de tout, visite à Godric’s Hollow, là où tout a commencé, chez Luna, chez les Malfoy, dans les fins fonds de Gringotts et bien d’autres. Voici quelques échantillons des aventures que le trio va suivre.

Ce dernier tome est de loin le plus sombre. Beaucoup l’ont trouvé long et chiant, surtout sur la première partie, ça n’a pas été mon cas. J’ai été un peu énervée par l’inaction d’Harry parfois mais quand il y a de l’action, il y a de l’action ! Et ces moments de pauses étaient les bienvenues. J’avais vraiment peur que Poudlard me manque mais en fait, non. Finalement j’ai apprécié faire le tour des lieux magiques, leur faire un  dernier adieu avant LA fin et lever le voile sur toutes les questions amassées au cours des tomes. A la fin, je suis triste que ça soit fini mais les bonnes choses ont toujours une fin. Ce dernier tome clôture à merveille les aventures du petit sorcier, qui n’est d’ailleurs plus si petit, on s’en rend compte. Snif, nostalgie, quand tu nous tiens. Par contre je trouve cette fin trop édulcorée ! Et puis les prénoms des gosses, non mais franchement ! En plus Harry a un peu beaucoup de cul, il faut le dire. A part ça, j’ai adoré !

.

Mon classement des tomes par ordre de préférence :

  1. HP et le prisonnier d’Azkaban (T.3)
  2. HP et l’ordre du Phénix (T. 5)
  3. HP et les reliques de la mort (T.7)
  4. HP et la coupe de feu (T.4)
  5. HP à l’école des sorciers (T.1)
  6. HP et la chambre des secrets (T.2)
  7. HP et le prince de sang mêlé (T.6)

Artistes : palnkviria13Hito, Midget525, Makani, LunaLouise, Mad42SamChyringaPrydester

.

Lus pour : 

challenge-des-100-livres-chez-bianca

Advertisements

9 thoughts on “La Saga Harry Potter – J. K. Rowling

  1. Woaw quel article ! Il est génial, bravo ! Toutes les illustrations sont très bien choisies et ta présentation très agréable à lire : même si nos préférences divergent, j’ai aimé replonger dans mes propres souvenirs à travers les tiens. Tu as d’ailleurs une meilleure mémoire que moi : le passage aux fanfictions (qui m’a fait continuer la série, en grande partie, je pense : les deux se sont nourris pour me faire continuer dans l’un et l’autre) a un peu faussé les choses en ce qui me concerne. Bien plus que le souvenir de ce qui m’a plu, je garde celui des conséquences que ça a eu sur moi. Comme toi, j’ai grandi avec cette saga (et j’attendais ma lettre pour Poudlard ^^) et elle m’a beaucoup influencée. J’étais vraiment dans la génération HP.

    • Hé&hé merci, j’en ai passé du temps pour l’écrire. Je suis assez fière du résultat mais ça fait toujours très plaisir quand les autres apprécient. Et oui pour les illustrations, j’en ai des pages et des pages en favoris et ça été difficile d’en choisir seulement quelques unes.
      Ah je suis contente si je t’ai refait plonger dans cet univers. Ma bonne mémoire vient surement du fait que je les lus et relus de nombreuses fois. Et puis je pense que j’ai lu moins de fanfictions que toi. Je n’étais pas une grande fan de ce genre de choses même si j’en ai lu quelques unes (et même écrites !). Je cherchais souvent des Oneshot, qui collaient et respectaient les choix de l’auteur et les faits du roman. J’adore cet univers et je n’aimais pas qu’on le “transforme” ^^ Je pense que, de ton côté, tu ne cherchais pas forcément la même chose. Je suis presque sure que tu lisais les fics un peu perverses, niak niak XD Enfin si ça t’a maintenue dans l’histoire, c’est un moindre mal 😉

      • Mais pour qui me prends-tu donc ? ^^
        Plus sérieusement, c’est vrai que je ne recherchais pas tellement l’univers d’HP dans les fanfictions : je les ai découvertes avec les dramione (en cherchant des images de Drago, j’en ai trouvé une assez étrange : Drago et Hermione s’embrassant, et c’est comme ça que je suis arrivée sur un blog proposant un dramione façon Liaisons dangereuses) et c’est surtout l’amour impossible qui m’a attirée plutôt que l’univers d’HP lui-même. Et puis, j’ai découvert un autre amour impossible : les drarry ! Et puis, de fanfic en fanfic, je me suis amusée à chercher des couples improbables. Et j’ai croisé “quelques” fanfic perverses, il est vrai : j’ai donc commencé à découvrir par ce biais la littérature érotique et à la chercher dans des livres etc. J’ai abandonné les fanfics depuis, sauf celle d’une auteure restée fidèle au poste (et qui écrit des lemons fantastiques, il est vrai aussi ^^)
        En fait, HP a été pour moi un tremplin et le point de départ d’un certain nombre d’aspects de ma personnalité et de mes goûts, que ce soit en rapport avec l’univers même ou pas.

  2. Ah oui le Dramione était vraiment étendu, impossible de passer à côté, même si on cherche à l’éviter ! lol J’ai moi même failli me prendre au jeu mais après quelques chapitres d’une fanfics je me suis rendu compte que, non ça n’était pas mon truc 😉 Au moins tu auras découvert un style de littérature qui te plait avec les fanfics. Moi moi, ça n’a pas été vraiment déclencheur en quoique ce soit, les bonnes fics étant rares. J’ai tout de même trouvé des petits bijoux, notamment un recueil de oneshots rien que sur la famille Weasley. Le style était parfait. Des fois léger et drôle. Des fois grave ou nostalgique. J’ai bien aimé ces petits moments avec la famille la plus sympa de l’univers HP… et puis finalement vu leur nombre, ça permet d’avoir pleins de situations différentes et pleins de persos 😉 Il y avait une fic, Tonks/Remus que j’aimais bcp mais alors je ne me souviens plus laquelle…

  3. Pingback: Challenge Les 100 livres à lire au moins une fois | Lectures d'une guenon

  4. Pingback: Challenge Les 100 livres à lire au moins une fois : 1er bilan | des livres, des livres !

  5. Pingback: Challenge Les 100 livres à lire au moins une fois : 2e bilan | des livres, des livres !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s