Jonathan Strange & Mr. Norrell – Susanna Clarke

Jonathan Strange & Mr. Norrell

Note : 5/5

Genre :  Fantastique victorien so british

Présentation :

1806. Dans une Angleterre ravagée par la guerre surgit un homme qui se prétend le plus grand des magiciens. Un certain Mr Norell qui éblouit le pays par ses prouesses. Mais un jeune et brillant magicien, Jonathan Stange, attiré, lui, par les aspects les plus ténébreux de son art, se pose en rival. Une sombre prophétie annonce de terribles événements…

Mon avis :

Well, well, well… L’année commence bien. Après avoir été bluffée par L’ombre du Vent en Décembre, je suis époustouflée par Jonathan Strange et Mr Norrell en cette fin de Janvier. J’ai bien envie de dire qu’il mérite une place dans mon top 10, mais comme je l’ai dit il y a moins d’un mois pour un autre livre, vous allez penser que je suis trop influençable et change bien trop souvent les livres de mon top 10. Non, non, que nenni (comme dirait Jonathan Strange, mais je vous en reparlerai plus tard). Je suis juste très chanceuse ! J’ai découvert de très grands livres ces deux derniers mois.

A tous ceux qui sont encore hésitants à se lancer dans la lecture de ce pavé de plus de 1000 pages, voici ma recommandation : lisez-le, les pages se tournent à une vitesse folle. Le style recherché et so british est un vrai plaisir et on ne sent pas une seule fois de moments de creux. L’intrigue est menée de main de maitre. 10 ans à bosser dessus et ça se ressent !

A tous ceux qui hésitent car ça parle de magie et les histoires de fantasy avec des magiciens, depuis l’ère Harry Potter, on en a marre : lisez-le. La magie est bien sûr au centre de cette histoire mais est bien plus subtile que dans de nombreux autres livres fantastiques, et j’ose le dire, plus réelle palpable. On y croirait presque.

A tous ceux qui aiment Jane Austen, Oscar Wilde et Lord Byron : lisez-le. Le style est un concentré des deux premiers, mixés avec ingéniosité. On y retrouve même leur humour subtil. Quant au dernier, le cher poète anglais fait une apparition hilarante, tout comme Lord Wellington et George III d’Angleterre.

L’histoire se déroule en Angleterre à l’époque Georgienne, c’est-à-dire au temps de Jane Austen et Lord Byron (ce qui explique certaines particularités du livre énoncées plus tôt…). La magie a désertée l’Angleterre depuis plus de 200 ans. Le livre conte les aventures des 2 derniers magiciens anglais : Mr Norrell et Jonathan Strange, vous vous en doutez. Ils œuvrent pour redonner à la magie anglaise toute sa grandeur d’autrefois. Alors que le vieux et ennuyeux Mr. Norrell est plutôt un homme d’étude frileux, le jeune et affable Jonathan Strange, son élève, est beaucoup plus aventureux. Peut-être même un peu trop. Et malgré les mises en garde de Mr Norrell, il s’aventurera sur un chemin où le lien entre magie blanche et noire est bien mince. Ce qu’il ne sait pas, c’est que ce chemin, son maitre, l’a déjà emprunté par le passé ce qui aura beaucoup plus d’impact qu’aucun des deux ne le soupçonnent…

Si ce petit résumé, ne vous émeut pas plus que ça et n’éveille aucune curiosité, je n’ai pas donné mon dernier mot.

Loin d’être un roman de fantasy classique, relatant les aventures de magiciens talentueux et leur lutte contre un esprit malveillant, JS&MN dépeint un monde on ne peut plus british. Lords, gentleman, bals mondains, pot de vin et guerres napoléoniennes sont monnaie courante et peuplent l’univers de JSMN. Les apparitions de personnages réels et d’événements connus de tous (la bataille de Waterloo par exemple) font que le monde dépeint par Susanna Clarke crie de vérité. Les personnages, magiciens ou non, sont faillibles, loin des d’être des surhommes, dont les désirs, les peurs et les contraintes sont les mêmes que n’importe quelle personne de cette époque. Et le style d’écriture, se rapprochant des auteurs de l’époque ne fait que renforcer cette impression. Un vrai plaisir à lire.

Les dernières 200 pages sont justes grandioses ! Mes préférés, à n’en pas douter. Car arrive dans ces pages tout ce qu’on a espéré tout au long du roman

Conclusion de la guenon :

Si vous n’aimez pas la fantasy, ce livre pourrait vous la faire aimer pour la simple et bonne raison qu’on n’a pas l’impression de lire de la fantasy. En un mot comme en cent : si vous aimez la bonne littérature (anglaise), plongez-vous dans cet univers.

Vous aimerez peut-être aussi :

  • Orgueils et Préjugés – Jane Austen
  • Le nom de la rose – Umberto Eco
  • Lestat le vampire – Anne Rice
  • Le Seigneur des Anneaux – JRR Tolkien
Advertisements

4 thoughts on “Jonathan Strange & Mr. Norrell – Susanna Clarke

  1. Si avec cette chronique tu n’arrives pas à initier d’autres lecteurs à ce magnifique livre, je ne comprends plus rien 😉 J’ai beaucoup aimé moi aussi… atmosphères, ambiances, lieux sont vraiment réussis.

  2. Héhé, c’est bien le but en fait ^^ Je trouve le roman très bien construit et exceptionnel seulement il part avec pas mal d’a priori qu’il fait tenter de dégommer pour inciter les gens à lire ce super livre 😉

  3. Argh vile tentatrice ! Je t’en avais sans doute parlé en bien, mais pas de façon aussi brillante et enthouasiaste que toi : encore une fois, tu me donnes envie de le relire pour l’apprécier à sa juste valeur, avec plus de recul et de culture littéraire.

  4. Pingback: Le Tag du livre « Lectures d'une guenon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s